Des revues d’archéologie s’organisent autour de Métopes et de PACTOLS – un poster aux 7e Journées du réseau MEDICI (9-11 octobre 2017, Dijon).

Cinq revues d’archéologie soutenues par des unités de service et de recherche hébergées par les MSH du consortium — à Caen (Archéologie médiévale / CRAHAM), à Nanterre (AdlFI,GalliaGallia Préhistoire / MAE) et à Aix-en-Provence (Préhistoires méditerranéennes / LAMPEA) — ont fait le choix d’adopter les outils développés et valorisés au sein de MASA, avec comme objectif la transition vers le numérique et l’accroissement de leur visibilité, et de leur interopérabilité. Elles ont présenté cette action concertée sous forme de poster aux 7e Journées du réseau MEDICI (9-11 octobre 2017, Dijon).

Pour conduire leur évolution vers le numérique, les revues s’appuient sur la chaîne de production éditoriale XML-TEI Métopes, développée par Numédif. En ayant intégré un connecteur Opentheso, Métopes permet la relation dynamique avec le thésaurus PACTOLS et l’ajout de métadonnées thématiques contrôlées.
La collaboration avec Numédif a été essentielle pour la prise en main de la chaîne Métopes. Dans le cadre d’une adaptation aux problématiques éditoriales de la discipline archéologique, elle a aussi abouti à la création d’une « notice archéologique ». Un travail est en cours avec OpenEdition pour intégrer cette nouvelle forme éditoriale à Lodel pour les revues diffusées sur Revues.org.
Par ailleurs, les besoins en mots-clés propres à certains titres ont fait l’objet d’échanges avec l’équipe d’administrateurs du thésaurus PACTOLS : outre un accompagnement à la démarche d’indexation, peu familière aux éditeurs, il a fallu corriger, enrichir (définitions, traductions, relations d’équivalence ou de synonymie), voire créer des concepts adaptés aux contenus des articles. Là aussi, l’intervention de OpenEdition s’avère nécessaire pour faire évoluer la génération automatique des index de chaque revue sur la plateforme Revues.org.

Ces collaborations sont remarquables. D’abord pour les revues elles-même qui ont conduit la démarche de concert. Et ensuite pour les éditeurs, documentalistes, informaticiens qui ont su trouver des terrains d’entente ou, à tout le moins, de discussion autour des problématiques de diffusion numérique et de valorisation des publications scientifiques. Ces collaborations représentent enfin un exemple concret d’appropriation et de mise en application de services développés et augmentés dans le cadre du consortium. Exemple qui fait déjà des émules puisque plusieurs autres revues et collections s’engagent dans une démarche similaire (à la MAE : Americae, à la MMSH : Archaeonautica, Antiquités africaines, Études d’Antiquités africaines, Bibliothèque d’archéologie méditerranéenne et africaine, Préhistoires de la Méditerranée).

Télécharger le poster