Archives de catégorie : Ontologie

Journées « Ontologies en Sciences Humaines et Sociales » – 9 & 10 novembre 2015 à la MSH Val de Loire à Tours

Xavier Rodier (UMR 7324 CITERES – LAT) – Introduction

Les 9 et 10 novembre 2015 s’est tenu à Tours le séminaire sur les ontologies en SHS, co-organisé par le Laboratoire Archéologie et Territoire de l’UMR CITERES, le consortium MASA (« Mémoire des Archéologues et des Sites Archéologiques », labellisé par la TGIR Huma-Num) et la MSH Val de Loire qui accueillait cet événement.

L’affluence dès l’ouverture des inscriptions est révélatrice de l’intérêt croissant de la communauté SHS pour le sujet, ainsi que du besoin de formation vu la rapidité à laquelle les ateliers du 10 novembre ont été complets alors que la capacité d’accueil a été finalement doublée grâce à Thérèse Libourel et Benjamin Cogrel qui ont accepté de doubler leur atelier.

Aujourd’hui, le développement des outils et méthodes de l’archéologie s’inscrit, avec toute l’informatisation des sciences humaines et sociales (SHS), dans ce qu’il est convenu d’appeler les Digital Humanities, maladroitement traduit littéralement par « humanités numériques ». Le champ que cela recouvre est beaucoup plus large que la vitrine des données accessibles en ligne et correspond à un mouvement de fond qui fait sans conteste progresser la recherche en SHS. Si cela donne l’impression d’un pas de géant en avant, avec lequel les domaines jusque-là les moins versés dans l’informatique se retrouvent au-devant de la scène ayant en quelque sorte l’avance de leur retard, cette dynamique masque de nombreux travaux de fonds engagés de longue date mais moins spectaculaires. En d’autres termes, la dynamique des Digital Humanities est incontestablement positive pour l’ensemble des SHS. Avec des moyens informatiques offrant des puissances de calcul et des capacités de stockage colossales et en croissance permanente, l’accès aux données et les perspectives de mise en relation des informations sont incommensurables. Néanmoins, la modélisation et la structuration des données restent fondamentales pour que le mouvement soit efficace. Dans ce domaine, de nombreux travaux ont été menés dès les débuts de l’informatique dans différentes disciplines des SHS et en particulier en archéologie avec Jean-Claude Gardin dès la fin des années 1950.

Les inventaires, les classifications et les typologies archéologiques entretiennent une relation évidente avec la gestion informatique de données. De même, les méthodes d’enregistrement des données de fouilles qui fondent le raisonnement archéologique présentent bien des similitudes avec les procédures informatiques. Jean-Claude Gardin relevait ainsi une analogie entre le raisonnement archéologique et le modèle de la machine « boîte noire » en cybernétique pour le passage des données initiales que Jean-Claude Gardin qualifie de matériaux, aux propositions finales, interprétations inférées qui constituent les résultats synthétiques. La machine, elle, est composée de toutes les opérations permettant de passer de l’un à l’autre qu’ils soient analytiques, quantitatifs, analogiques ou numériques, intellectuelles.

L’avènement des Digital Humanities auquel on assiste, va de pair avec l’augmentation exponentielle de la documentation numérique dans toutes les disciplines des SHS. En archéologie, Il existe autant de bases de données qu’il existe d’équipes d’archéologues, voire plus. Les logiciels et les structurations sont extrêmement hétérogènes mais, une fois abandonné le débat stérile sur la possibilité de faire adopter par la communauté des archéologues un système unique, capable de répondre à toutes les situations, il faut mettre en place des solutions d’interopérabilité pour interroger les données. Les ontologies, en proposant une structuration globale par grand domaine, permettent de faire communiquer des corpus hétérogènes. La publication des systèmes d’information dans le web des données constitue l’aboutissement de la démarche qui offrira l’interconnexion des données. Là encore, en archéologie ainsi que dans l’ensemble des SHS, les ontologies et le web apparaissent comme le nouvel Eldorado qui va permettre de pallier les lacunes de structuration en mettant en relation toutes les données entre elles, comme par magie. Nous avons choisi une approche, plus besogneuse, qui consiste à concevoir un outil d’interrogation des bases de données existantes sans les modifier via une ontologie avec laquelle il convient de les mettre en correspondance.

La définition d’ontologie se trouve à l’interface entre la philosophie et l’informatique. Pour la première il s’agit de la science de ce qui est en tout domaine de la réalité et de ce qui pourrait être. Pour la seconde, il s’agit d’une spécification de la conceptualisation d’un domaine donné. Dans les systèmes d’information, l’ontologie est fondée sur trois éléments fondamentaux : entités (choses ou objets), attributs (caractéristiques des objets) et relations (d’une part entre objet et attributs, d’autre part entre objets de même nature ou de nature différentes et entre attributs). Que ce soit en philosophie, en informatique ou pour les systèmes d’information, les définitions convergent dans leur ambition de décrire le monde ou un domaine du monde à l’aide d’une conceptualisation générique. Il existe bien sûr des différences d’approchent que Lena Sanders et Hélène Mathian résument dans leur ouvrage récent Objets géographiques et processus de changement, en qualifiant l’approche philosophique de top down et l’approche informatique de bottom up. Sans approfondir cette approche théorique à partir des définitions, je veux simplement insister sur le fait qu’appliquer une ontologie à son domaine de recherche constitue une démarche ambitieuse qui d’une part nécessite une formalisation robuste des objets, attributs et relations du domaine, d’autre part ne se résume évidemment pas à une ou des solutions techniques.

Dans le cas de l’archéologie, le Consortium MASA, réunit plusieurs acteurs de la recherche archéologique française et a pour mission, entre autres, de proposer des solutions pour pérenniser et homogénéiser l’information archéologique. Au sein de ce consortium, La Laboratoire Archéologie et Territoire travaille sur l’interopérabilité des données archéologiques à partir d’ArSol.

L’objectif est de mettre en place un accès unifié à des corpus numérisés en utilisant des procédures et des outils communs. Pour partager les données, sans modifier le système d’origine, et pour permettre leur interrogation, il est nécessaire de s’affranchir à la fois du logiciel, de la structure, du vocabulaire, de l’accessibilité et de la langue. L’utilisation de l’ontologie du CIDOC-CRM (http://www.cidoc-crm.org/), que Patrick Le Bœuf présentera et qui porte sur la structuration des données numériques pour le patrimoine culturel, s’est donc imposée comme étant le modèle le plus complet pouvant constituer un point de concordance entre diverses bases de données archéologiques. L’ontologie est utilisée comme une surcouche de description commune par laquelle peut passer l’interrogation, ce qui permet de communiquer avec chaque base de données moyennant un système d’équivalences. Le principe est de faire correspondre les entités de l’ontologie avec les champs de la base de données. Le fait de passer par la modélisation d’une ontologie permet de s’affranchir à la fois du logiciel du système de gestion de base de données et de la structure propre à la base de données source. On touche alors une puissante solution d’interopérabilité et une ouverture vers le web sémantique.

Continuer la lecture

Semantic Web for Cultural Heritage

Dans le cadre du 19th East-European Conference on Advances in Databases and Information Systems (ADBIS) qui se tenait à Poitiers du 8 au 11 septembre 2015, un workshop d’une journée était organisé le 8 septembre sur la thématique « Semantic Web for Cultural Heritage » (SW4CH) avec de nombreux intervenants présentant leurs travaux en lien avec le CIDOC-CRM.

Le Laboratoire Archéologie et Territoires y était présent pour présenter sous forme de poster le travail effectué dans le cadre de MASA sur l’interopérabilité des bases de données archéologiques grâce à l’ontologie du CIDOC-CRM.

PDF du poster présenté : MASAposterSW4CH_2015 (1,28Mo)

Journées « Ontologie en Sciences Humaines et Sociales » – Du 9 au 10 novembre 2015 à Tours

Le Consortium Mémoire des Archéologues et des Sites Archéologiques (MASA), la MSH Val de Loire et l’UMR CITERES organisent conjointement deux journées sur les ontologies en Sciences humaines et sociales (SHS). Une première journée de séminaire sera consacrée à des présentations théoriques ou méthodologiques appuyées sur des études de cas. La seconde journée proposera deux ateliers sur le logiciel Protégé et sur l’extension Ontop permettant de créer et manipuler des ontologies.
Vous trouverez le programme complet sur le site de la MSH Val de Loire.

Objectifs

Ces journées ont pour objectif de présenter des exemples de mise en œuvre d’ontologies en SHS et d’échanger sur les pratiques et les perspectives dans ce domaine. L’atelier de la seconde journée offrira la possibilité de manipuler des logiciels dédiés aux ontologies (Protégé et Ontop).

Public

Les journées sont ouvertes aux chercheurs, enseignants-chercheurs, doctorants, ingénieurs et techniciens, rattachés aux disciplines des sciences humaines et sociales, qu’ils soient novices dans le domaine des ontologies, ou de niveau plus avancé.

Inscription

Inscription gratuite mais obligatoire via le formulaire d’inscription sur le site de la MSH Val de Loire avant le 16 octobre 2015http://msh.univ-tours.fr/article/journees-ontologie-en-sciences-humaines-et-sociales
Cette rencontre est construite autour des deux journées ; il est néanmoins possible de ne s’inscrire qu’à la première journée.
Places limitées.
Ces journées sont coordonnées par Xavier Rodier et Olivier Marlet du Laboratoire Archéologie et Territoires, UMR 7324 CITERES.

Réunion de travail « Ontologies et redocumentarisation»

Lundi 13 octobre 2014, Nanterre, Maison Archéologie et Ethnologie

Présents

  • Béatrice Bouchou-Markhoff (Laboratoire d’Informatique, Blois)
  • Thomas Francart (consultant indépendant, Tours)
  • Nathalie Le Tellier-Becquart (MAE, Nanterre)
  • Olivier Marlet (CITERES-LAT/MSH VdL, Tours)
  • Emmanuelle Morlock (UMR HISoMA/MOM, Lyon)
  • Blandine Nouvel (MMSH, Aix)
  • Xavier Rodier (CITERES-LAT/MSH VdL, Tours)
  • Stéphanie Satre (MMSH, Aix)
  • Evelyne Sinigaglia (MAE, Nanterre)
  • Anne-Violaine Szabados (MAE, Nanterre).

 

PACTOLS, un thésaurus pour décrire les ressources documentaires en archéologie

Blandine Nouvel (MMSH, Aix) et Evelyne Sinigaglia (MAE, Nanterre) présentent les PACTOLS.

Voir la présentation : 01_PACTOLS_MASA20141013

Les PACTOLS sont un thesaurus géré par FRANTIQ. Ils permettent d’interroger le catalogue collectif indexé. Elaborés depuis 1987 en collaboration avec les chercheurs, les PACTOLS sont constitués de sept thésaurus : Peuples / Anthroponymes / Chronologie / Toponymes / Œuvres / Lieux / Sujets polyhiérarchiques et multilingues (langue pivot : français), incluant des relations d’associations entre termes (http://pactols.frantiq.fr). Ce thésaurus est utilisé pour des bibliothèques, photothèques, des archives, de la publication (mots-clés pour référencer) et sert de référentiel pour ISIDORE.

Un logiciel libre et gratuit permet d’exploiter les PACTOLS, OpenTheso. OpenTheso en est à sa version 3 en full web et respecte les normes ISO 25964-1 (2011) et 2 (2012). Ce logiciel utilise les lexiques et dictionnaires du domaine (www.frantiq.fr), indépendamment du catalogue collectif et répond aux nécessités du web sémantique. OpenTheso permet des imports-exports en XML, SKOS et CSV et peut être aligné avec d’autres thésaurus.

Des groupes de travail se sont mis en place pour enrichir les PACTOLS. Un partenariat avec la Belgique met un place un mapping avec MULTITA (Multilingual terminological research for the development and integration of semantically enriched scientific thesauri). De même, un workshop « interopérabilité » travaille au mapping des PACTOLS avec le réseau européen ARIADNE. Par ailleurs les termes de Pactols sont candidats pour entrer dans le thésaurus du Getty ATT (Art & architecture Thesaurus).

Les PACTOLS s’orientent vers le web sémantique :

  • par l’enrichissement terminologique : MOM, INRAP, etc.
  • par la consolidation de la structure sémantique
  • par l’ajout d’outils de géolocalisation et l’enrichissement par des notes et des images
  • par une réflexion pour transformer ce thésaurus en ontologie

Ce dernier point de transformer les PACTOLS en ontologie a suscité des interrogations concernant la pertinence d’un tel travail. En effet, une ontologie correspond à un modèle de description du monde tel qu’on se le représente et décrit la manière dont les termes sont reliés entre eux dans un langage formel, quand les thésaurus se contentent d’établir des relations cohérentes entre termes. L’équipe de Frantiq pense que cela permettra de s’ouvrir d’avantage à d’autres applications et de diffuser ce vocabulaire structuré plus largement. Il a été suggéré de se documenter au préalable sur les ontologies existantes, et plus particulièrement sur FRBRoo qui est une la fusion du CIDOC-CRM et de l’Ontologie FRBR des bibliothèques, et de voir les extensions au CIDOC-CRM qui peuvent exister pour l’archéologie (notamment CRM-EH). Qu’entend-on par faire de PACTOLS une ontologie ? C’est surtout la mise en parallèle de PACTOLS en tant qu’ontologie avec FRBRoo qui interpelle, FRBRoo étant plutôt comme le CRM.

Cette remarque engage une discussion autour des ontologies pouvant servir en SHS et plus particulièrement en archéologie. Par exemple OBOE qui est une ontologie pour la prise de mesure (observations scientifiques). On déplore le manque de formations sur l’utilisation des ontologies. Emmanuelle Morlock nous fait savoir qu’elle a pu participer à la summer school organisée par Ariadne en mai 2014 sur l’utilisation du CIDOC-CRM pour rendre des bases de données en archéologie interopérables avec des infrastructures comme ARIADNE qui utilisent le standard CIDOC-CRM  (http://vast-lab.org/ariadne-2014-summer-school-at-pin/). Elle y a découvert un outil, en cours de développement intitulé « Mapping Memory Manager » (https://github.com/isl/Mapping-Memory-Manager)  permettant de faciliter le mapping entre SGBD et CIDOC-CRM, le système permettant de documenter un SGBD sous forme de triplets cohérents avec la structure et les propriétés du CIDOC-CRM. Le site du VAST-LAB, organisateur de la formation, offre également sur son site un outil de références croisées pour facilitant la navigation dans l’ontologie : http://vast-lab.org/cidoc5/.

 

Sanctuaires : base des sanctuaires romano-celtiques de Gaule

Isabelle Fauduet (MAE, Nanterre) présente la base de données « Sanctuaires ».

Voir la présentation : 02_SANCTUAIRES_MASA20141013

Sanctuaires est une Base FileMaker qui nécessite une grosse actualisation logicielle (elle compte actuellement quelques 650 fanum). Elle a bénéficié d’une publication papier sous forme d’un Atlas en 1993 mais continue d’être alimentée. Il a donc été décidé de la migrer en format RDF et de mettre en place une interface d’exploitation et d’administration avec le logiciel VITRO. Cette migration nécessitera d’adapter la structure de la base de données qui, à l’origine, n’était pas relationnelle. Des problèmes se poseront à la migration, notamment celui de formaliser l’incertitude. Les données seront reprises pour renvoyer à des référentiels pour la géographie, la chronologie, les personnes (ISNI), la bibliographie.

Une discussion s’engage sur les difficultés de migrer des données qui manquent parfois de structuration, par exemple la bibliographie qui n’est structurée qu’en trois champs : auteurs, date, référence.

Thomas Francart présente le projet de migration en quatre étapes :

  1. Mise au point d’un modèle basé sur le CIDOC-CRM
  2. Migration des données de FileMaker en RDF basée sur l’ontologie
  3. Alignement vers d’autres référentiels (PACTOLS)
  4. chargement dans VITRO (outils web-collaboratif), ontology-driven, linked-data compatible.

VITRO est une application web, paramétrée avec une ontologie et alimenté en données RDF. VITRO permet de rechercher, naviguer et éditer les données.

http://vitro.mannlib.cornell.edu/

Des expériences déjà menées avec VITRO montrent l’avantage de republier les données en format RDF normalisé selon une ontologie : les bases peuvent ainsi être fédérées dans un portail de recherche unique.

La discussion fait ressortir les points suivants :

  • L’outil a été choisi car il fait partie des rares outils liés fondés sur les technologies du web sémantique qui offrent une interface de saisie.
  • Thomas Francart propose de l’héberger sur ses serveurs pendant la durée du projet. Cependant la question de l’hébergement post projet se pose.
  • Thomas Francart précise que les interfaces de saisie seront utilisées telles qu’elles sont distribuées via l’outil et qu’il n’y a pas de prestation de personnalisation prévue.

 

Interopérabilité de la base de données ArSol (Archives du Sol) fondée sur l’ontologie CIDOC-CRM

Olivier Marlet (MSH Val-de-Loire, Tours) présente le système ArSol utilisée par le Laboratoire Archéologie et Territoires de Tours et le travail effectué pour la rendre interopérable via le CIDOC CRM, présentation effectuée également lors du CAA 2014 à Paris, avec Émeline Le Goff.

Voir la présentation : 03_ArSolCIDOC_MASA20141013

ArSol est une base 4D en production à Tours depuis 1990, fondée sur le système d’enregistrement stratigraphique utilisé depuis la fin des années 1960. Elle est utilisée également par d’autres partenaires du Laboratoire Archéologie et Territoires : CG37, INRAP, Communauté d’Agglomération Bourges Plus.

Après une première étape de mise en ligne d‘ArSol (http://arsol.univ-tours.fr), l‘objectif d’interopérabilité nécessitait de trouver une solution permettant de s’affranchir de la base de données sans procéder à sa migration vers un nouveau système, afin de ne pas avoir à redévelopper les processus de traitement de données. Le CIDOC CRM s’est alors imposé comme la solution pertinente puisqu’il peut être utilisé comme une référence unique et normalisée permettant d’interroger les données d’ArSol, mais également de toute autre base de données archéologiques dans n’importe quel format interrogeable sur le web (Access, Filemaker, par exemple).

La première étape a consisté à faire le mapping d’une sélection de quelques champs pertinents de la base ArSol vers les entités et propriétés du CIDOC-CRM. La compréhension de la structure riche du CIDOC CRM a constitué une part importante dans le travail de mapping afin de faire correspondre au mieux les notions d’ArSol et du CIDOC-CRM, la complexité de cette tâche a été facilitée par l’aide précieuse de Patrick Le Bœuf, spécialiste du CIDOC-CRM à la BNF).

La seconde étape était de traduire ces équivalences dans un fichier RDF et de contrôler la validité de la modélisation réalisée, ce qui ne peut se faire que manuellement puisqu’il n’existe pas réellement d’outils permettant de valider un mapping.

Une spécificité d’ArSol a nécessité de modéliser une branche particulière dans le CIDOC-CRM. Il s’agit pour le mobilier archéologique des notions de « fonction » (ce pourquoi l’objet a été fait) et d’ « usage » (ce à quoi l’objet a été utilisé). Ainsi, une monnaie prévue pour du commerce, pourra se trouver en contexte funéraire utilisé comme un pendentif. Le CIDOC CRM ne proposant pas d’entité pour modéliser ces deux notions, Patrick Le Bœuf a proposé de recourir au très générique E55_Type qui nécessite d’être ensuite défini. Toutefois, ces deux notions bénéficient dans la structure d’origine du CIDOC-CRM de deux propriétés qui en facilite l’utilisation : P103.was_intended_for (fonction d’origine) et P16.1.mode_of_use (utilisation réelle).

Cet aspect a soulevé des questions : plutôt que d’utiliser des entités générique E55_Type pour répondre à une spécificité d’ArSol, ne faudrait-il pas plutôt générer une extension du CIDOC-CRM ?

Il a été alors rappelé l’objectif de ce projet soutenu par MASA puisque, à terme, ArSol ne doit pas être la seule base interrogeable par ce système. L’interrogation doit pouvoir porter sur plusieurs bases distinctes en exploitant à chaque fois le mapping spécifique à la base. L’utilisation d’entités génériques ne risque-t-elle pas de limiter l’interrogation standard de plusieurs bases ? Développer pour chaque base des extensions au CIDOC-CRM pour répondre aux spécificités ne posera-t-il pas le même problème ? La question reste ouverte et le développement en cours de la partie logicielle de ce système d’interrogation permettra de tester le choix effectué et donc peut-être d’y répondre. En outre, l’utilisation du E55_Type nécessite d’en préciser le concept, ne serait-ce que pour s’y référer ou l’associer à une documentation le définissant. Le choix d’une extension peut être pertinent si on utilise un standard déjà existant pour étendre un ensemble pauvrement pris en compte par le CRM. La question est alors de savoir si ces standards répondent aux spécificités que l’on souhaite conserver.

 

Interroger des données via une ontologie

Béatrice Bouchou-Markhoff (Laboratoire d’Informatique de l’Université de Tours, Blois) présente les moyens logiciels pour interroger des données via une ontologie.

Voir la présentation : 04_ONTOP_MASA20141013

Deux solutions sont possibles lorsque l’on a des données déjà bien gérées dans une base de données : soit les données peuvent être extraites, transformées et chargées dans un triplestore muni d’un schéma donné (duplication en RDF), soit on utilise une interface d’accès à la base de données de type OBDA (Ontology-Based Data Access), choix fait pour ArSol avec le logiciel Ontop : http://ontop.inf.unibz.it/. A noter que pour la base Sanctuaires la solution triplestore sera expérimentée, sans qu’il y ait maintenance en parallèle de la base d’origine.

Le Web des données a pour objectif de rendre les données interprétables automatiquement et de les lier entre elles. Le format RDF permet de représenter les données sous forme de triplets (sujet > prédicat > objet). Les données sont alors exploitées à travers des modèles de connaissance (ontologies) permettant des inférences, des combinaisons ou des médiations.

Le choix a été fait pour ArSol d’utiliser Ontop, plateforme permettant d’interroger une base de données comme un graphe de données virtuel, à travers le schéma de ces données, ceci grâce à la définition d’association entre les composants du schéma et les requêtes SQL qui récupèrent les données dans la base. Ainsi on obtient un point d’accès SPARQL aux données de la base, comme si elles se trouvaient dans un triplestore RDF. Ontop offre un plugin pour Protégé (outil populaire de travail sur les ontologies) qui permet de définir aisément le schéma des données comme une ontologie et de spécifier les associations entre ce schéma et les requêtes SQL. Son utilisation pour ArSol est en cours de développement à Tours.

Il sera nécessaire de définir un protocole d’affectation d’URIs pour chaque enregistrement pour pouvoir lier les données et permettre leur référencement par d’autres systèmes.

 

Une ontologie pour rendre interopérables des bases de données en archéologie ?

Il existe autant de bases de données en archéologie qu’il existe d’équipe d’archéologues, voire plus ! Les logiciels et les structurations sont extrêmement hétérogènes. Uniformiser les outils et la façon de structurer l’information reste un objectif inaccessible et cela ne résoudrait pas le problème des bases déjà existantes car, outre les réticences des chercheurs pour homogénéiser un jeu de données, les moyens manqueraient pour venir à bout de l’énorme chantier de migration des bases d’un système à un autre.

La solution envisagée au sein du Consortium MASA est de permettre d’utiliser un système commun qui puisse venir en surcouche sur les bases de données existantes. Ce système commun consiste à utiliser l’ontologie du CIDOC-CRM (norme ISO 21127:2006) qui permet de modéliser précisément tout objet ou concept patrimonial. Le principe est donc d’établir des ponts entre la structure d’une base de données existante et cette ontologie. Cette phase de mise en correspondance, appelée « mapping », est primordiale et nécessite d’être effectuée avec soin. Le prérequis est bien sûr que la base puisse être interrogée de l’extérieur (c’est le cas des bases construites avec  Access, 4D, mySQL, Oracle ou Filemaker, pour ne citer que les outils les plus utilisés en archéologie).

D’une base de données à l’autre, le mapping sera bien sûr différent mais le fait de rattacher chaque champ de la structure d’une base à une entité ou une propriété de l’ontologie permet de se référer à une structure commune avec un vocabulaire unique (en anglais donc indépendant de la langue d’origine).

L’intérêt est de permettre à un utilisateur d’interroger n’importe quelle base de données sans se soucier du logiciel ni de la structure qui accueillent ces données : l’interrogation se fait via l’ontologie, puis un moteur retranscrit la requête pour la base de données cible en utilisant le fichier de mapping, enfin les résultats sont renvoyés à l’utilisateur en respectant la structure de l’ontologie.  Avec ce procédé, il est donc techniquement possible d’interroger plusieurs bases en même temps, même si leur format natif diffère complètement. C’est l’interopérabilité attendue.

Système OBDA pour ArSol

Principe de fonctionnement d’ArSol avec sa version Web et l’interrogation via le CIDOC CRM.

Les ontologies sont déjà beaucoup utilisées en médecine. Des développements sont en cours au Laboratoire Archéologie et Territoire de l’UMR CITERES à la MSH Val-de-Loire à Tours pour mettre en place la suite logicielle qui permettra d’interroger la base ArSol (Archives du Sol, développée sous 4D) à partir de l’ontologie du CIDOC-CRM.

Une communication a été présentée sur ce sujet au CAA 2014 par Emeline Le Goff et Olivier Marlet (https://fr.slideshare.net/UMR7324/caa2014-s7-arsolcidoc), au sein de la session sur les Ontologies organisée par Anne-Violaine Szabados, Katell Briatte, Maria Emilia Masci et Christophe Tufféry.

Pour en savoir plus sur le CIDOC CRM : http://www.cidoc-crm.org/

Consulter également la page de la BNF sur les ontologies et en particulier sur le CIDOC : http://www.bnf.fr/fr/professionnels/modelisation_ontologies.html