Archives mensuelles : août 2014

Une ontologie pour rendre interopérables des bases de données en archéologie ?

Il existe autant de bases de données en archéologie qu’il existe d’équipe d’archéologues, voire plus ! Les logiciels et les structurations sont extrêmement hétérogènes. Uniformiser les outils et la façon de structurer l’information reste un objectif inaccessible et cela ne résoudrait pas le problème des bases déjà existantes car, outre les réticences des chercheurs pour homogénéiser un jeu de données, les moyens manqueraient pour venir à bout de l’énorme chantier de migration des bases d’un système à un autre.

La solution envisagée au sein du Consortium MASA est de permettre d’utiliser un système commun qui puisse venir en surcouche sur les bases de données existantes. Ce système commun consiste à utiliser l’ontologie du CIDOC-CRM (norme ISO 21127:2006) qui permet de modéliser précisément tout objet ou concept patrimonial. Le principe est donc d’établir des ponts entre la structure d’une base de données existante et cette ontologie. Cette phase de mise en correspondance, appelée « mapping », est primordiale et nécessite d’être effectuée avec soin. Le prérequis est bien sûr que la base puisse être interrogée de l’extérieur (c’est le cas des bases construites avec  Access, 4D, mySQL, Oracle ou Filemaker, pour ne citer que les outils les plus utilisés en archéologie).

D’une base de données à l’autre, le mapping sera bien sûr différent mais le fait de rattacher chaque champ de la structure d’une base à une entité ou une propriété de l’ontologie permet de se référer à une structure commune avec un vocabulaire unique (en anglais donc indépendant de la langue d’origine).

L’intérêt est de permettre à un utilisateur d’interroger n’importe quelle base de données sans se soucier du logiciel ni de la structure qui accueillent ces données : l’interrogation se fait via l’ontologie, puis un moteur retranscrit la requête pour la base de données cible en utilisant le fichier de mapping, enfin les résultats sont renvoyés à l’utilisateur en respectant la structure de l’ontologie.  Avec ce procédé, il est donc techniquement possible d’interroger plusieurs bases en même temps, même si leur format natif diffère complètement. C’est l’interopérabilité attendue.

Système OBDA pour ArSol

Principe de fonctionnement d’ArSol avec sa version Web et l’interrogation via le CIDOC CRM.

Les ontologies sont déjà beaucoup utilisées en médecine. Des développements sont en cours au Laboratoire Archéologie et Territoire de l’UMR CITERES à la MSH Val-de-Loire à Tours pour mettre en place la suite logicielle qui permettra d’interroger la base ArSol (Archives du Sol, développée sous 4D) à partir de l’ontologie du CIDOC-CRM.

Une communication a été présentée sur ce sujet au CAA 2014 par Emeline Le Goff et Olivier Marlet (https://fr.slideshare.net/UMR7324/caa2014-s7-arsolcidoc), au sein de la session sur les Ontologies organisée par Anne-Violaine Szabados, Katell Briatte, Maria Emilia Masci et Christophe Tufféry.

Pour en savoir plus sur le CIDOC CRM : http://www.cidoc-crm.org/

Consulter également la page de la BNF sur les ontologies et en particulier sur le CIDOC : http://www.bnf.fr/fr/professionnels/modelisation_ontologies.html