Le consortium

Le consortium MASA réunit 8 partenaires autour de la thématique de l’accès à la documentation archéologique (archives et données numériques) :

  • la Maison des Sciences de l’Homme du Val de Loire
  • la Maison de la Recherche en Sciences Humaines de Caen,
  • la Maison de l’Orient et de la Méditerranée de Lyon
  • Maison Méditerranéenne des Sciences de l’Homme
  • la Maison Archéologie & Ethnologie de Nanterre
  • le Musée d’archéologie nationale de Saint Germain-en-Laye
  • le Groupement de Services Frantiq
  • l’INRAP (depuis le 1er janvier 2017)

Leurs compétences sont mises en commun autour de 4 axes de travail, afin de mettre à disposition de la communauté des archéologues des corpus, des outils et des guides de bonnes pratiques :

Après avis de son Conseil Scientifique, le Comité de Pilotage de la TGIR Huma-Num a renouvelé la labellisation du consortium MASA pour la période 2017-2020.

Les enjeux du consortium MASA

Le consortium Mémoires des archéologues et des sites archéologiques (MASA) est né à la fin de l’année 2012 de l’expérience acquise par et au sein de plusieurs Maisons des Sciences de l’Homme dans le domaine de l’archéologie et du traitement de la documentation produite par les archéologues. Plusieurs équipes avaient des compétences spécifiques, qu’il était temps de partager dans le cadre d’un consortium de façon à travailler ensemble de façon inter institutionnalisée.
Les enjeux sont évidents. Le premier est lié à la nature même de cette discipline scientifique : en fouillant, l’archéologue détruit irrémédiablement le contexte archéologique, sans retour en arrière possible, et pas seulement l’archéologie préventive. Il n’a pas toujours une conscience immédiate de l’importance de telle ou telle découverte. Le retour vers les données de terrain est souvent nécessaire, dans des objectifs ré-interprétatifs et comparatifs, souvent à la lumière des progrès technologiques et scientifiques, d’où l’enjeu fondamental que constitue le traitement des données.
Le second enjeu est lié à la nature même de la documentation et de son support, très diversifié et parfois très fragile (cahiers de terrain, relevés, plans, photographies, (diapositives, négatifs, relevés au crayon sur calques,…). Il faut profiter de la révolution numérique pour faciliter la consultation de cette documentation et la rendre pérenne.
Le troisième enjeu découle de l’habitude des archéologues de travailler avec des bases de données hétérogènes, conçues bien souvent sans protocole de choix méthodologique et technique. Un travail a posteriori est donc nécessaire afin de rendre ces bases de données normalisées et interopérables (RDF, SKOS, DC), d’utiliser des référentiels communs qui permettent d’envisager la mise en lien de ces données dans le cadre de la mise en place du web de données liées, de les redocumentariser en intégrant de nouvelles métadonnées pour les compléter, les enrichir ou en  faciliter d’accès, tout en assurant la pérennité des données et leur évolutivité. Ce travail s’avère particulièrement lourd puisqu’il faut traiter les masses de données léguées par de nombreux archéologues partant à la retraite.
Les objectifs de MASA répondent à de tels enjeux en intégrant une dimension porteuse dans le contexte où il est nécessaire de mettre en réseaux autant d’acteurs scientifiques nationaux de l’archéologie. Il était donc utile d’institutionnaliser de telles relations de manière à ce que chacun d’entre eux fasse connaître et diffuse ses bonnes pratiques, ses méthodes …