Archives par étiquette : base de données

Journées « Ontologies en Sciences Humaines et Sociales » – 9 & 10 novembre 2015 à la MSH Val de Loire à Tours

Xavier Rodier (UMR 7324 CITERES – LAT) – Introduction

Les 9 et 10 novembre 2015 s’est tenu à Tours le séminaire sur les ontologies en SHS, co-organisé par le Laboratoire Archéologie et Territoire de l’UMR CITERES, le consortium MASA (« Mémoire des Archéologues et des Sites Archéologiques », labellisé par la TGIR Huma-Num) et la MSH Val de Loire qui accueillait cet événement.

L’affluence dès l’ouverture des inscriptions est révélatrice de l’intérêt croissant de la communauté SHS pour le sujet, ainsi que du besoin de formation vu la rapidité à laquelle les ateliers du 10 novembre ont été complets alors que la capacité d’accueil a été finalement doublée grâce à Thérèse Libourel et Benjamin Cogrel qui ont accepté de doubler leur atelier.

Aujourd’hui, le développement des outils et méthodes de l’archéologie s’inscrit, avec toute l’informatisation des sciences humaines et sociales (SHS), dans ce qu’il est convenu d’appeler les Digital Humanities, maladroitement traduit littéralement par « humanités numériques ». Le champ que cela recouvre est beaucoup plus large que la vitrine des données accessibles en ligne et correspond à un mouvement de fond qui fait sans conteste progresser la recherche en SHS. Si cela donne l’impression d’un pas de géant en avant, avec lequel les domaines jusque-là les moins versés dans l’informatique se retrouvent au-devant de la scène ayant en quelque sorte l’avance de leur retard, cette dynamique masque de nombreux travaux de fonds engagés de longue date mais moins spectaculaires. En d’autres termes, la dynamique des Digital Humanities est incontestablement positive pour l’ensemble des SHS. Avec des moyens informatiques offrant des puissances de calcul et des capacités de stockage colossales et en croissance permanente, l’accès aux données et les perspectives de mise en relation des informations sont incommensurables. Néanmoins, la modélisation et la structuration des données restent fondamentales pour que le mouvement soit efficace. Dans ce domaine, de nombreux travaux ont été menés dès les débuts de l’informatique dans différentes disciplines des SHS et en particulier en archéologie avec Jean-Claude Gardin dès la fin des années 1950. Continuer la lecture

Une ontologie pour rendre interopérables des bases de données en archéologie ?

Il existe autant de bases de données en archéologie qu’il existe d’équipe d’archéologues, voire plus ! Les logiciels et les structurations sont extrêmement hétérogènes. Uniformiser les outils et la façon de structurer l’information reste un objectif inaccessible et cela ne résoudrait pas le problème des bases déjà existantes car, outre les réticences des chercheurs pour homogénéiser un jeu de données, les moyens manqueraient pour venir à bout de l’énorme chantier de migration des bases d’un système à un autre.

La solution envisagée au sein du Consortium MASA est de permettre d’utiliser un système commun qui puisse venir en surcouche sur les bases de données existantes. Ce système commun consiste à utiliser l’ontologie du CIDOC-CRM (norme ISO 21127:2006) qui permet de modéliser précisément tout objet ou concept patrimonial. Le principe est donc d’établir des ponts entre la structure d’une base de données existante et cette ontologie. Cette phase de mise en correspondance, appelée « mapping », est primordiale et nécessite d’être effectuée avec soin. Le prérequis est bien sûr que la base puisse être interrogée de l’extérieur (c’est le cas des bases construites avec  Access, 4D, mySQL, Oracle ou Filemaker, pour ne citer que les outils les plus utilisés en archéologie).

D’une base de données à l’autre, le mapping sera bien sûr différent mais le fait de rattacher chaque champ de la structure d’une base à une entité ou une propriété de l’ontologie permet de se référer à une structure commune avec un vocabulaire unique (en anglais donc indépendant de la langue d’origine). Continuer la lecture