Nouveau site web du service des archives de la MAE

bandeau_blog

Le service des archives de la MAE est heureux de vous annoncer la nouvelle version de son site Web.

Vous y découvrirez notamment :

page_accueil

Le nouvel outil que nous avons choisi, le logiciel AtoM, développé à l’origine par le Conseil international des archives, permet de réaliser des instruments de recherche en XML utilisant les DTD EAD et EAC conformes aux normes archivistiques internationales ISAD(G), ISAAR(CPF) et ISDIAH. Les instruments de recherche sont ainsi parfaitement interopérables.

Actuellement, vous pouvez consulter les inventaires de 95 fonds et plus de 22 000 documents numérisés. Continuer la lecture de « Nouveau site web du service des archives de la MAE »

Réunion de travail « Ontologies et redocumentarisation»

Lundi 13 octobre 2014, Nanterre, Maison Archéologie et Ethnologie

Présents

  • Béatrice Bouchou-Markhoff (Laboratoire d’Informatique, Blois)
  • Thomas Francart (consultant indépendant, Tours)
  • Nathalie Le Tellier-Becquart (MAE, Nanterre)
  • Olivier Marlet (CITERES-LAT/MSH VdL, Tours)
  • Emmanuelle Morlock (UMR HISoMA/MOM, Lyon)
  • Blandine Nouvel (MMSH, Aix)
  • Xavier Rodier (CITERES-LAT/MSH VdL, Tours)
  • Stéphanie Satre (MMSH, Aix)
  • Evelyne Sinigaglia (MAE, Nanterre)
  • Anne-Violaine Szabados (MAE, Nanterre).

PACTOLS, un thésaurus pour décrire les ressources documentaires en archéologie

Blandine Nouvel (MMSH, Aix) et Evelyne Sinigaglia (MAE, Nanterre) présentent les PACTOLS.

Voir la présentation : 01_PACTOLS_MASA20141013

Les PACTOLS sont un thesaurus géré par FRANTIQ. Ils permettent d’interroger le catalogue collectif indexé. Elaborés depuis 1987 en collaboration avec les chercheurs, les PACTOLS sont constitués de sept thésaurus : Peuples / Anthroponymes / Chronologie / Toponymes / Œuvres / Lieux / Sujets polyhiérarchiques et multilingues (langue pivot : français), incluant des relations d’associations entre termes (http://pactols.frantiq.fr). Ce thésaurus est utilisé pour des bibliothèques, photothèques, des archives, de la publication (mots-clés pour référencer) et sert de référentiel pour ISIDORE. Continuer la lecture de « Réunion de travail « Ontologies et redocumentarisation» »

OpenTheso : Gestionnaire de thésaurus multilingue

Le développement d’OpenTheso a commencé en 2005 pour répondre à une demande du réseau Frantiq pour gérer son thésaurus.  Il n’existait, en effet, à l’époque aucun outil équivalent et gratuit. OpenTheso a permis ainsi aux bibliothécaires du réseau Frantiq (aujourd’hui GDS 3378 du CNRS) de disposer d’un outil de gestion du thesaurus PACTOLS. Ce thesaurus est constitué de 7 micro-thesauri (Peuples, Anthroponymes, Chronologie, Toponymes, Oeuvres, Lieux et Sujets) multilingues et polyhiérarchiques. Il est utilisé aujourd’hui par plus de 80 bibliothécaires spécialisés en leur permettant une indexation normalisée de leurs fonds documentaires en archéologie (accessibles via le catalogue Frantiq).

Ces référentiels normalisés, initialement limités au monde des bibliothèques, suscitent un intérêt croissant dans le contexte du web sémantique (en témoignent les projets européens ARIADNE et MULTITA) auxquels participe Frantiq. Outre la normalisation sémantique, opérée par des bibliothécaires, chercheurs ou terminologues, une normalisation technique est requise pour gérer les versions numériques des thésaurus depuis les normes ISO 5964 : 1985 et  NF – Z47-101: 1990 axées sur le multilinguisme (intégrées dans la version 2 de OpenTheso) jusqu’aux normes les plus récentes dédiées à l’interopérabilité des vocabulaires (ISO 25964-1 :2011 et ISO 25964-2 : « Thésaurus et interopérabilité avec d’autres vocabulaires »), auxquelles se conforme la version 3 du logiciel, tout juste mise à la disposition du consortium MASA. Continuer la lecture de « OpenTheso : Gestionnaire de thésaurus multilingue »

Traduction des PACTOLS en arabe

Le multilinguisme est un enjeu pour la construction de référentiels comme le thésaurus PACTOLS.

Grâce au financement du consortium MASA, la traduction en arabe des microthésaurus « Sujets » et « Chronologie » PACTOLS a été réalisée au sein de la MAE de mai à septembre 2014.

Complémentaires, Imad Alhussain, récent titulaire d’une thèse de doctorat en Préhistoire, Protohistoire, Paléoenvironnement méditerranéen et africain soutenue à Montpellier III-Paul Valéry et Anis Mkacher, spécialiste de l’Antiquité tardive, post doctorant dans le cadre du Labex « Les Passés dans le présent », se sont partagé les sections du thésaurus en fonction de leurs compétences respectives. Continuer la lecture de « Traduction des PACTOLS en arabe »

Une ontologie pour rendre interopérables des bases de données en archéologie ?

Il existe autant de bases de données en archéologie qu’il existe d’équipe d’archéologues, voire plus ! Les logiciels et les structurations sont extrêmement hétérogènes. Uniformiser les outils et la façon de structurer l’information reste un objectif inaccessible et cela ne résoudrait pas le problème des bases déjà existantes car, outre les réticences des chercheurs pour homogénéiser un jeu de données, les moyens manqueraient pour venir à bout de l’énorme chantier de migration des bases d’un système à un autre.

La solution envisagée au sein du Consortium MASA est de permettre d’utiliser un système commun qui puisse venir en surcouche sur les bases de données existantes. Ce système commun consiste à utiliser l’ontologie du CIDOC-CRM (norme ISO 21127:2006) qui permet de modéliser précisément tout objet ou concept patrimonial. Le principe est donc d’établir des ponts entre la structure d’une base de données existante et cette ontologie. Cette phase de mise en correspondance, appelée « mapping », est primordiale et nécessite d’être effectuée avec soin. Le prérequis est bien sûr que la base puisse être interrogée de l’extérieur (c’est le cas des bases construites avec  Access, 4D, mySQL, Oracle ou Filemaker, pour ne citer que les outils les plus utilisés en archéologie).

D’une base de données à l’autre, le mapping sera bien sûr différent mais le fait de rattacher chaque champ de la structure d’une base à une entité ou une propriété de l’ontologie permet de se référer à une structure commune avec un vocabulaire unique (en anglais donc indépendant de la langue d’origine). Continuer la lecture de « Une ontologie pour rendre interopérables des bases de données en archéologie ? »

Les enjeux du consortium MASA

Le consortium Mémoires des archéologues et des sites archéologiques (MASA) est né à la fin de l’année 2012 de l’expérience acquise par et au sein de plusieurs Maisons des Sciences de l’Homme dans le domaine de l’archéologie et du traitement de la documentation produite par les archéologues. Plusieurs équipes avaient des compétences spécifiques, qu’il était temps de partager dans le cadre d’un consortium de façon à travailler ensemble de façon inter institutionnalisée.
Les enjeux sont évidents. Le premier est lié à la nature même de cette discipline scientifique : en fouillant, l’archéologue détruit irrémédiablement le contexte archéologique, sans retour en arrière possible, et pas seulement l’archéologie préventive. Il n’a pas toujours une conscience immédiate de l’importance de telle ou telle découverte. Le retour vers les données de terrain est souvent nécessaire, dans des objectifs ré-interprétatifs et comparatifs, souvent à la lumière des progrès technologiques et scientifiques, d’où l’enjeu fondamental que constitue le traitement des données.
Le second enjeu est lié à la nature même de la documentation et de son support, très diversifié et parfois très fragile (cahiers de terrain, relevés, plans, photographies, (diapositives, négatifs, relevés au crayon sur calques,…). Il faut profiter de la révolution numérique pour faciliter la consultation de cette documentation et la rendre pérenne.
Le troisième enjeu découle de l’habitude des archéologues de travailler avec des bases de données hétérogènes, conçues bien souvent sans protocole de choix méthodologique et technique. Un travail a posteriori est donc nécessaire afin de rendre ces bases de données normalisées et interopérables (RDF, SKOS, DC), d’utiliser des référentiels communs qui permettent d’envisager la mise en lien de ces données dans le cadre de la mise en place du web de données liées, de les redocumentariser en intégrant de nouvelles métadonnées pour les compléter, les enrichir ou en  faciliter d’accès, tout en assurant la pérennité des données et leur évolutivité. Ce travail s’avère particulièrement lourd puisqu’il faut traiter les masses de données léguées par de nombreux archéologues partant à la retraite.
Les objectifs de MASA répondent à de tels enjeux en intégrant une dimension porteuse dans le contexte où il est nécessaire de mettre en réseaux autant d’acteurs scientifiques nationaux de l’archéologie. Il était donc utile d’institutionnaliser de telles relations de manière à ce que chacun d’entre eux fasse connaître et diffuse ses bonnes pratiques, ses méthodes …

Le consortium MASA

Le consortium MASA, porté par la Maison Archéologie & Ethnologie de Nanterre, réunit 7 partenaires autour de la thématique de l’accès à la documentation archéologique (archives et données numériques) :

  • la Maison des Sciences de l’Homme du Val de Loire
  • la Maison de la Recherche en Sciences Humaines de Caen,
  • la Maison de l’Orient et de la Méditerranée de Lyon
  • la Maison Archéologie & Ethnologie de Nanterre
  • le Musée d’archéologie nationale de Saint Germain-en-Laye
  • le Groupement de Services Frantiq

Leurs compétences sont mises en commun autour de 4 axes de travail, afin de mettre à disposition de la communauté des archéologues des corpus, des outils et des guides de bonnes pratiques :

  • Numérisation d’archives scientifiques
  • Redocumentarisation
  • Ontologies
  • Formation