Traitement et diffusion des données de l’archéologie – Journées MASA – Aix-en-Provence – 14 – 16 novembre 2018

Dates : du 14 novembre 2018 à 14h au 16 novembre 2018 à 13h
Lieu : Maison méditerranéenne des sciences de l’homme (MMSH) – 5, rue du Château de l’horloge – 13094 Aix-en-Provence
Inscription
: Les inscriptions sont closes

Le consortium MASA organise trois journées consacrées au traitement et à la diffusion des données de l’archéologie.

L’après midi du 14 novembre sera consacrée à des ateliers de formation qui se tiendront en parallèle.

La journée du 15, sous forme de séminaire, sera l’occasion de présenter des projets de traitement et de diffusion de données ainsi que les travaux des groupes de travail du consortium MASA. L’après-midi se clôturera sur un MASA-Bar

La matinée du 16 novembre sera consacrée à une table ronde sur les méthodes et pratiques institutionnelles dans la gestion des données de terrain.

Programme :

Ateliers (en parallèle) – Mercredi 14 novembre, 14h – 18h
  • Nettoyer et préparer des données avec OpenRefine – Mathieu Saby (Université de Nice Sophia-Antipolis)
    20 places maximum, ordinateur portable personnel obligatoire
  • Entrepôts de données : à quoi ça sert et comment déposer ? Quelques exemples – Bruno Morandière (Maison de l’Orient et de la Méditerranée, Lyon et MASA), Caroline Doucouré (Institut de Recherche pour le Développement, Montpellier)
    20 places maximum, ordinateur portable personnel obligatoire
Séminaire – Jeudi 15 novembre, 9h – 19h

Introduction –  Sophie Bouffier (Directrice de la Maison méditerranéenne des sciences de l’homme), Jean-Christophe Sourisseau (Directeur du Centre Camille Jullian) et Xavier Rodier (MASA)

Traitement et diffusion des données de l’archéologie, 9h30 – 12h30

    • Valorisation des archives de la fouille de l’épave de la Madrague, Giens – Chloé Angles (Centre Camille Jullian) présentation faite par Blandine Nouvel
    • Les archives des fouilles de Mégara Hyblaea : enjeux pour les fouilles en cours – Ségolène Maudet (École Française de Rome)
      • Le site de Mégara Hyblaea, objet de recherches archéologiques financées par l’École Française de Rome depuis 1949, est un site majeur pour comprendre le monde grec archaïque d’Occident. Les archives conservées à l’École Française de Rome sont abondantes et sur divers supports : diapositives, photographies, plans, correspondance. La reprise des fouilles en 2017 a rappelé l’importance pour les chercheurs d’un accès aisé à ces données, car l’aire concernée avait déjà été explorée. Un projet de collecte, d’enregistrement puis de mise en ligne de ces archives est en cours d’élaboration en partenariat avec le service des archives de l’École Française de Rome, source de discussions nombreuses sur les pratiques d’enregistrement et de conservation des archivistes et des archéologues. La communication proposée ici présentera donc les fonds d’archives de la mission Mégara Hyblaea, l’état actuel de leur traitement, le projet de classement des archives archéologiques élaboré par le service des archives de l’École Française de Rome ainsi que les pistes de travail futures.
    • EpiCherchell : outil de création et de publication du corpus des inscriptions antiques de Caesarea Mauretaniae –  Bruno Baudoin, Stéphanie Satre (Centre Camille Jullian)
      • La base de données EpiCherchell (http://ccj-epicherchel.huma-num.fr), réalisée grâce aux financements du consortium MASA, constitue l’outil collaboratif pour l’étude des inscriptions antiques de Césarée de Maurétanie (Cherchell, Algérie). L’épigraphie de Césarée présente des inscriptions gravées entre l’époque des rois Juba II et Ptolémée et l’Antiquité tardive et chrétienne. Elle se distingue par sa richesse quantitative (quelque 1300 textes) et qualitative. La base de données, qui présente l’ensemble de la documentation sur les inscriptions (photographies, archives), est également conçue pour répondre au projet d’édition du corpus par la production de fichiers XML-TEI. Au niveau de sa conception, la base s’inscrit dans la paysage de l’épigraphie numérique actuelle et répond aux standards pour l’échange et l’interopérabilité des données. En outre, EpiCherchell a vocation à être intégrée au cursus universitaire en tant qu’outil de formation à l’épigraphie numérique : initiation des étudiants à la discipline scientifique et au maniement de l’outil informatique.
    • Osteotek3D : objectifs pédagogie et interopérabilité pour valoriser les spécimens virtuels du LaMPEA. Point d’étape – Pierre Magniez, Stéphane Renault, Julien Salveyre (Laboratoire méditerranéen de préhistoire Europe Afrique)
      • La collection ostéologique est un élément de base du pôle d’Archéozoologie et de Paléontologie Quaternaire (Faun’Aix) du LAMPEA. Elle regroupe plus de 450 spécimens représentés par des squelettes entiers, des lots composites ou seulement par le crâne. Le développement d’une interface numérique à partir de standards internationaux et des données acquises par numérisation 3D conduit à proposer un outil numérique ouvert, accessible à des fins de recherche (référentiel) et d’enseignement (pédagogique, manipulation) portant sur une collection de référence d’ossements actuels et de fossiles européens et africains. In fine, l’objectif est de proposer des alignements vers d’autres référentiels existants pour établir des ressources disponibles dans le cloud (LOD)
      • Gestion des données archéologiques de la fouille à la valorisation : l’exemple d’Arles-Rhône 3 – Sabrina Marlier et Soizic Toussaint (Musée Départemental Arles Antique)
        • En 2004 est découvert dans le Rhône, à Arles, un chaland gallo-romain de 31 m de longueur, dans un état de conservation exceptionnel. Après plusieurs expertises, sondages et campagnes de fouille (2005-2010), l’épave, appelée Arles-Rhône 3, a fait l’objet d’un renflouage en vue de sa restauration et sa présentation au public dans une aile du musée départemental Arles antique spécialement construite pour l’occasion (2011-2013). En plus de la fouille de ce chaland, ce sont quelques 900 m3 de sédiments qui ont été fouillés et d’où ont été extraits près de 3 000 objets et environ 1 200 caisses de mobilier archéologique provenant du dépotoir portuaire daté des années 70-130/140 de notre ère.Face à cet afflux de matériel et de données, il a fallu non seulement mettre en place des chaînes opératoires (une pour le chaland et une pour le mobilier) pour en assurer une bonne gestion, de la fouille au musée, mais aussi adapter les outils informatiques pour leur enregistrement et leur suivi en vue de leurs études.Outre la finalité scientifique de cette gestion, la valorisation est également une mission qui incombe à tout musée de France et, dans cette perspective, une programmation importante et spécifique a été conçue et mis en œuvre, à destination de tous publics.
      • La mission archéologique française de Kition et Salamine : de la fouille à l’archivage – Bruno Morandière (Maison de l’Orient et de la Méditerranée)
        • Salamine : La mission française a conduit des fouilles sur le site de la ville antique de Salamine (sur la côte est de Chypre) entre 1964 et 1974. Les travaux de terrain ont été brutalement interrompus en 1974 : depuis, le site se trouve en zone occupée. Les archives de la fouille constituent donc une documentation d’autant plus précieuse qu’elle documente des vestiges et du mobilier pour la plupart dégradés ou disparus. Leur numérisation permet, en outre, une exploitation nouvelle, selon des problématiques scientifiques qui n’étaient pas celles qui prévalaient au moment de leur constitution.
        • Kition-Pervolia : Les fouilles de la mission de Kition dans la nécropole Pervolia (sur la côte sud-est de Chypre), entre 2012 et 2014, ont mis en évidence des tombes datées au VIIIe au IVe s. av. J.-C., elles ont permis de mieux en comprendre l’implantation topographique, le cycle d’utilisation et les pratiques funéraires. La documentation de fouilles produite, essentiellement numérique, a été enrichie de métadonnées afin d’en permettre l’exploitation croisée et le partage. La diffusion en libre accès accompagne la publication de la fouille, des passerelles étant par ailleurs établies entre les deux supports (volume papier et portail web).
        • Cette communication présentera les différents traitements mis en oeuvre et les outils développés pour gérer la documentation de ces deux missions archéologiques en vue d’une publication, d’un portail de diffusion et de la pérennisation des données. Elle présentera également les démarches que nous avons entrepris pour rendre interopérables ces données dans le cadre de MASA (via le Cidoc-Crm) et ainsi les rendre accessibles à la communauté.

      Présentation des travaux des groupes de travail du consortium MASA, 14h00 – 16h30

            • Présentation des groupes de travail – Xavier Rodier (MASA)
            • Groupe de Travail Archivage
              Gestion des données numériques en archéologie : vers un modèle commun de plan de gestion de données – Camille Collin et Emmanuelle Bryas (INRAP et MASA)

              • Cette présentation a pour objectif de présenter les travaux passés et à venir du groupe « Plan de gestion de données » du consortium MASA, créé en janvier 2018.Les opérations archéologiques produisent une masse considérable de documents aujourd’hui massivement numériques ; le cadre réglementaire des appels à projet nationaux ou européens, prévoit désormais systématiquement l’établissement de plans de gestion de données pour gérer le stockage, la conservation et la diffusion des documents produits. Ce contexte conduit les producteurs de données en archéologie, qu’ils soient acteurs de l’archéologie préventive ou membres de laboratoires de recherche, à réfléchir à l’établissement d’un ou plusieurs modèles de plan de gestion de données appliqués à l’archéologie. A partir du modèle établi par l’Inrap pour gérer la production des données au cours d’une opération de diagnostic ou de fouilles archéologiques, du démarrage de l’opération, jusqu’à l’acceptation du rapport d’opération par le service régional de l’archéologie, le groupe de travail PGD a centré ses activités sur l’élaboration d’un plan de gestion de données minimal applicable à tout projet en archéologie générant des fichiers numériques. Ce modèle de plan de gestion des données a été testé dans deux unités de recherche liées au CNRS (le laboratoire Histoire et Sources des Mondes antiques et la Maison Archéologie & Ethnologie René Ginouvès). Deux ateliers ont été organisés en 2018 dans le cadre du consortium MASA, afin de le soumettre plus largement. Les participants, issus de différents métiers (archéologues, archivistes, documentalistes…), traitaient tous des données archéologiques mais selon divers points de vue. Ces travaux ont fait ressortir des questionnements et des pistes de travail pour l’année 2019

              Du traitement des archives à une problématique de recherche sur la « néolithisation du Proche-Orient » : réflexions sur la construction d’un recueil de sources enrichi – Erwan Le Gueut et Nathalie Le Tellier-Becquart (Maison Archéologie et Ethnologie, René Ginouvès -par visioconférence)

              • Le projet « Néolithisation du Proche-Orient » réalisé dans le cadre du consortium MASA pour l’année 2018 est le résultat d’une collaboration entre le service des Ressources documentaires du MAN, le service des archives et le service d’ingénierie documentaire SIDRA de la MAE et une chercheuse de l’équipe Ethnologie préhistorique (UMR7041 ArScAn) Fanny Bocquentin. Spécialisée en anthropologie biologique, Fanny Bocquentin travaille sur l’évolution des pratiques funéraires au Proche-Orient à une période charnière de la préhistoire correspondant à l’apparition de la sédentarisation et de l’agriculture (le natoufien). Dans le cadre de ses travaux de recherche, elle a éprouvé le besoin d’accéder aux données de fouilles anciennes de trois sites phares de cette période, situés en Israël et en Cisjordanie, les grottes de Shukbah et El-Wad (fouilles D. Garrod, 1928-1934, archives conservées au MAN), et le site de Mallaha (fouilles J. Perrot, 1955-1976, archives conservées à la MAE). Combinant problématiques de recherche, de traitement archivistique selon les normes en vigueur et d’ingénierie documentaire, le projet mené en 2018 avait aussi pour objectif d’aller au-delà du traitement des archives et d’établir un process, de la demande du chercheur à la réalisation d’un produit documentaire. De type recueil des sources, l’outil, mis à disposition de la communauté scientifique pourra être à terme enrichi en créant des liens avec des ressources documentaires numériques pertinentes.
          • Groupe de Travail Web des données
            OpenArchaeo : jeux de données archéologiques dans le web sémantique – Xavier Rodier (CITERES/LAT et MASA)
          • Groupe de Travail Outils
            La révision des Pactols au regard du “BackBone Thesaurus” – Blandine Nouvel (Centre Camille Jullian, Frantiq et MASA) et Évelyne Sinigaglia (Maison Archéologie & Ethnologie et MASA)

            • La prise de connaissance du projet de méta-thésaurus élaboré par le groupe de travail Thesaurus Maintenance de Dariah-EU apporte une nouvelle dimension au projet de réorganisation du thésaurus PACTOLS, pour plus de partage et d’interopérabilité.

            La nouvelle interface de consultation de OpenTheso – Miled Rousset  (Maison de l’Orient et de la Méditerranée et MASA)
            Présentation de la plateforme “OpenGuide” – Xavier Rodier(CITERES/LAT et MASA)

          • Formation/Diffusion
            L’École thématique MASA 2019 « Données interopérables pour le patrimoine »- Xavier Rodier (CITERES/LAT et MASA)
            Formations autour de PACTOLS : indexer et aligner – Blandine Nouvel (Centre Camille Jullian, Frantiq et MASA)
            Carnet Hypothèse MASA, informations sur les jeux de données et les outils accessibles – Laurence Rageot (MSH Val de Loire et MASA)

      MASA-Bar, 16h30 – 18h
      avec Adeline Joffres et Nicolas Larousse de la TGIR Huma-Num et les membres des Groupes de Travail de MASA

      Table-ronde – Vendredi 16 novembre – 9h – 13h

      Méthodes et pratiques institutionnelles dans la gestion des données de terrain

      Animation : Xavier Rodier (CITERES/LAT et MASA)

          • Service Régional de l’Archéologie PACA : Lola Bonnabel
          • Direction Archéologie, Ville d’Aix-en-Provence : Nuria Nin (Directrice) et Marc Panneau
          • Institut National des Recherches Archéologiques Préventives : Marc Bouiron (directeur scientifique et technique)
          • Sous-Direction de l’Archéologie : Christian Cribellier (Adjoint au sous-directeur de l’archéologie, chargé des questions scientifiques)

      Conclusions – 12:30