La lettre de l’InSHS de janvier 2021 publie une présentation du consortium MASA au service de la communauté archéologique

La lettre d’information de l’InSHS du CNRS n°69 de janvier 2021, publie un article intitulé :
Mémoires des Archéologues et des Sites Archéologiques, le consortium MASA au service de la communauté archéologique.

 

Cet article permet de présenter les activités du consortium depuis sa création en 2013 en mettant en avant ses résultats et les projets pour 2021.Consortium de la Très grande infrastructure de recherche (TGIR) Huma-Num, MASA est animé par dix partenaires interinstitutionnels parmi lesquels les Maisons des Sciences de l’Homme (MSH) jouent un rôle fondamental. Il est né du besoin impérieux de sauvegarder les archives des archéologues et des sites archéologiques. Dans une première phase  (2013-2016), les compétences des partenaires du consortium ont été mobilisées pour le traitement — de la numérisation à la publication — de corpus d’archives et de données archéologiques. Des preuves de concept, établies à partir de ces terrains expérimentaux, sont destinées à faire la démonstration du partage et de l’interopérabilité des données. La deuxième phase qui vient de s’achever (2017-2020) a consisté à réunir ces briques pour constituer un écosystème numérique selon le cycle de vie des données, conforme aux principes FAIR (Facile à trouver, Accessible, Interopérable, Réutilisable). L’objectif de la troisième étape qui s’ouvre maintenant est la diffusion des outils et des bonnes pratiques auprès de la communauté archéologique.

Résolument ancré dans la dynamique de la science ouverte, MASA est un vecteur de diffusion des principes FAIR dans la communauté archéologique. L’objectif est de favoriser la FAIRisation des données. L’écosystème MASA fait ainsi appel à des outils open source (OPIDoR, ARKéo, OpenRefine, 3M, Ontop, Nakala, Isidore, IIIF, GeoNames, PerioO, CIDOC CRM…). Il soutient fortement le développement de certains (Opentheso, PACTOLS, ArkeoGIS). Enfin, il réalise des développements appropriés (Plan de Gestion de Données pour l’archéologie, OpenTermAlign, OpenGuideOpenArchaeo,LogicistWriter). Dans tous les cas, le consortium veille au respect des standards nationaux et internationaux, en application des principes FAIR.

En 2021, MASA organisera une rencontre nationale réunissant la communauté archéologique française dans toutes ses dimensions (ministère de la Culture, Conseil national de la recherche archéologique, archéologie préventive publique — Inrap et collectivités territoriales — et privée, archéologie française à l’étranger — Réseau des Écoles françaises à l’étranger et Unités mixtes des Instituts français de recherche à l’étranger – UMIFRE —, universités, CNRS et sociétés savantes). Cette rencontre permettra de présenter l’écosystème numérique et la palette d’outils qui le compose, ainsi qu’une offre de formation aux bonnes pratiques à travers les principaux outils (MASA a, par exemple, mis en place des formations au CIDOC CRM à l’aide d’un jeu de cartes). L’objectif de cette rencontre est de diffuser largement les pratiques et les outils pour la mise à disposition de corpus archéologiques interopérables dans des plateformes nationales et internationales.