MASAplus : labellisation du consortium pour 4 ans

Grâce aux travaux du consortium MASA depuis 2012, la communauté archéologique a pris conscience de l’importance de respecter des bonnes pratiques pour l’usage du numérique dans la recherche et de préparer les données au partage et à la réutilisation dans l’esprit de la Science Ouverte.
Le consortium MASAplus qui a été labellisé par l’IR* Huma-Num pour 4 années, souhaite accompagner la communauté archéologique dans les bonnes pratiques numériques.
Tout en poursuivant la diffusion des outils mis en place et la promotion des principes FAIR à la communauté la plus large possible (l’ensemble des métiers du Patrimoine), MASAplus s’attachera plus particulièrement au déploiement des données archéologiques sur le Linked Open Data dans l’esprit de la Science Ouverte, à permettre la réutilisation des données de l’archéologie et à mener une analyse sur l’impact de ses travaux sur la communauté archéologique.

Ces enjeux passent par un élargissement structurel en mobilisant plus de participants, via des groupes de travail, et une augmentation du nombre de corpus. Un principe de certification de projets (évalué en fonction du respect des principes FAIR) permettra d’enrichir le consortium en capitalisant sur de nouvelles expériences.

Les groupes de travail, mis en place dans les prochaines semaines, ont pour mission de réfléchir à la mise en œuvre d’outils d’accompagnement mais également d’assurer la formation de la communauté.

      •  Le GT Archives participe activement à la mise en place d’outils d’accompagnement (cartographie des dépôts d’archives archéologiques et  instrument de recherche archivistique EAD) et réfléchit à un outil permettant de faire des dépôts pérennes au CINES pour l’ensemble des ressources, données, outils ou codes logiciels produits par les archéologues.
        Pilotage : Laure Bézard (MOM) et Soline Morinière (MAN)
      • Le GT DocumentationModélisation et valorisation documentaire vise à accompagner les chercheurs dans la gestion de leurs données numériques tout au long du cycle de vie de leur projet (choix des formats, des entrepôts, des référentiels, etc.), à travers notamment l’utilisation des plans de gestion de données, l’élaboration et l’appropriation de schéma de métadonnées. Une réflexion est également menée sur la production et la publication de Data Papers.
        Pilotage : Nathalie Le Tellier-Becquart (MSH Mondes) et Emmanuelle Bryas (Inrap)
      • Le GT Vocabulaire poursuit les travaux déjà menés sur l’utilisation des Pactols dans les projets, la mise en place des thésaurus spécialisés grâce à Opentheso, le portage des référentiels disciplinaires Pactols à l’international via le BackBone Thesaurus et le développement d’outils d’accompagnement pour l’alignement à des référentiels normalisés (Pactols, Géonames, PeriodO)
        Pilotage : Blandine Nouvel (Frantiq) et Miled Rousset (MOM)
      • Le GT Spatialisation mène une réflexion sur l’archivage et le partage de la composante spatiale, inhérente à presque tous les projets en archéologie et, en collaboration avec le Réseau Information Spatiale et Archéologie, à établir les bonnes pratiques de la spatialisation en archéologie (SIG, webmapping, normes, référentiels).
        Pilotage : Loup Bernard (MISHA) et Bruno Baudoin (MMSH)
      • Le GT Publications s’attache plus spécifiquement aux solutions de publications, tant pour l’exposition et la publication des données (NAKALA, IIIF), la publication scientifique (dont la publication logiciste) avec ses liens aux données ou la mise à disposition de codes sources, et fait aussi le lien avec les projets de publication en ligne afin d’augmenter la lisibilité académique des données partagées.
        Pilotage : Pierre-Yves Buard (MRSH) et Bruno Morandière (ResEFE)
      • Le GT Données ouvertes continue à développer les outils d’accompagnement pour porter des données de qualité sur le Web Sémantique et former la communauté à l’ontologie du CIDOC CRM (Onto Match Game) pour l’alignement sémantique et à la publication des données sous formes de triplestores (plateforme OpenArchaeo sous GraphDB, et l’interface d’interrogation intuitive Sparnatural).
        Pilotage : Olivier Marlet (MSH Val-de-Loire) et Bruno Baudoin (MMSH)
      • Le GT Transversal Processus a pour objectif l’identification des processus identifiés au sein de l’écosystème (par exemple porter les données sur le Web sémantique, mettre en place une publication scientifique numérique au format logiciste ou faire de l’archivage pérenne) et la publication de ces processus pour la Science Ouverte. L’idée est de s’appuyer sur plusieurs outils existants  comme le SSH Open Marketplace de DARIAH (ex-SSK Parthenos-Huma-Num) ou l’application Memoria développé au MAP-GAMSAU à Marseille
        Pilotage : Olivier Marlet (MSH Val de Loire) et Sarah Tournon-Valiente (Consortium 3D-SHS)
      • Le GT Transversal Formation organise les différentes formations que MASAplus proposera dans le cadre de chaque groupe de travail
        Pilotage : Blandine Nouvel (Frantiq)
      • Le GT Tranversal International a une double mission. D’une part faire de la veille pour intégrer au mieux l’évolution des bonnes pratiques ; d’autre part proposer la diffusion de nos outils et méthodes au-delà de la communauté des archéologues français (notamment ARIADNEplus, DARIAH, Cost SEADDA, Research Data Alliance)
        Pilotage : Xavier Rodier (MSH Val de Loire), Pierre-Marie Blanc (MSH Mondes)

MASAplus  est porté par Bruno Baudoin (Ingénieur d’Étude CNRS – UMR 7299 Centre Camille Jullian, MMSH, Aix-en-Provence), Loup Bernard (Maître de Conférence en Archéologie à l’Université de Strasbourg – UMR 7044 Archimède, Strasbourg) et Olivier Marlet (Ingénieur de Recherche CNRS – UMR 7324 CITERES-Laboratoire Archéologie et Territoires, Tours)

Pour en savoir plus sur MASAplus 


Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search