Groupes de travail

Afin d’organiser de façon plus pertinente les activités du MASA suivant ses deux axes, Archivage et Web de données, et les actions de développement d’outils transversaux et la formation/diffusion, il a été décidé, en assemblée générale réunie le 13 mars 2018, de créer des groupes de travail au plus près des actions du consortium.

Axe 1 – Archivage

 Plan de gestion de données

Objectif du groupe de travail : produire un Plan de Gestion de Données (PGD) générique pour l’archéologie

Coordinatrices : Emmanuelle Morlock (Hisoma, MOM), Emmanuelle Bryas (Inrap), Nathalie Le Tellier-Becquart (MAE)

Les opérations archéologiques produisent une masse considérable de documents aujourd’hui massivement numériques ; le cadre réglementaire des appels à projet nationaux ou européens prévoit désormais systématiquement l’établissement de plans de gestion de données pour gérer le stockage, la conservation et la diffusion des documents produits. Ce contexte a conduit le consortium à réfléchir à l’établissement d’un plan de gestion de données pour la communauté archéologique afin de répondre aux principes FAIR. A partir du modèle établi par l’INRAP pour gérer la production des données au cours d’une opération de diagnostic ou de fouilles archéologiques, du démarrage de l’opération, jusqu’à l’acceptation du rapport d’opération par le service régional de l’archéologie, le groupe de travail a centré ses activités sur l’élaboration d’un PGD minimal applicable à tout projet en archéologie générant des fichiers numériques.

Bonnes pratiques d’archivage

Objectif du groupe de travail : diffusion des normes et bonnes pratiques d’archivage dans la communauté archéologique.

Coordinatrices : Elisabeth Bellon (MAE), Corinne Jouys-Barbelin (MAN), Aurélie Montagne-Borras (MAE)

Les normes et bonnes pratiques d’archivage existent et MASA n’a pas vocation à les formuler mais à les mettre en œuvre au sein des projets et les transmettre à la communauté archéologique. Le plan de gestion de données est un vecteur pour la définition et l’application des règles de l’archivistique qui s’imposent. Parmi les jeux de données traités par les partenaires du consortium, plusieurs ont été préparés afin de structurer et d’extraire automatiquement les données en EAD en vue d’un versement au CINES. Ces protocoles et le développement de la brique de lien vers le CINES devront faire l’objet d’échanges inter-consortiums puisque tous sont directement concernés. Le consortium 3DSHS par exemple a bien avancé en ce sens.

Enfin, le statut des archives archéologiques relève du code du patrimoine et les conditions de leur versement à l’État dépendent des règles fixées par les services régionaux de l’archéologie au sein des DRAC. Elles peuvent varier légèrement d’une région à l’autre. Ce sera l’objet de la table ronde lors des journées MASA mi-novembre à laquelle participeront les services centraux (SDA) et déconcentrés (DRAC et DRASM) de l’État ainsi que l’Inrap et un service de collectivité territoriale (Ville d’Aix-en-Provence). Le dialogue avec tous les partenaires institutionnels de la recherche archéologique est fondamental pour tendre vers les principes FAIR.

Axe 2 – Web de données

Objectif du groupe de travail : Permettre l’interopérabilité des jeux de données archéologiques en ligne via le CIDOC CRM, ontologie de domaine pour le patrimoine culturel.

Coordinateur : Olivier Marlet (CITERES-LAT, MSHVdL)

L’appariement des bases de données archéologiques avec le CIDOC CRM constitue une étape préalable à leur interopérabilité. Afin d’en favoriser le déploiement, Olivier Marlet a développé une instance archéologique du jeu de carte créé par Anaïs Guillem (University of California MERCED) et George Bruseker (ICS-FORTH, Héraklion).

La réflexion sur la création d’une IHM pour interroger simplement les jeux de données archéologiques à apparier avec le CIDOC CRM a donné lieu au développement en cours de la plate-forme OpenArchaeo plus ambitieuse, dont le prototype en cours de développement est présenté ci-dessous (cf. 2.3.4). Elle offrira une interface d’interrogation simple de jeux de données sans en modifier ni la structure ni les systèmes employés.

Enfin, le travail mené en collaboration entre les partenaires de Caen et de Tours à partir de la publication logiciste de la fouille de Rigny (Indre-et-Loire) a donné lieu au développement de LogicistWriter, outil d’aide à l’écriture logiciste ainsi qu’à l’appariement des propositions logicistes avec l’extension sur les inférences du CIDOC CRM. La contribution de MASA sera exploitée pour fournir des exemples jusque-là absents dans la documentation de l’extension CRMinf du CIDOC.