La mission archéologique française de Kition et Salamine : le site de Kition

HiSoMA, Maison de l’Orient et de la Méditerranée de Lyon
Site : http://chypre.mom.fr
Responsable : Sabine Fourrier, Bruno Morandière

La mission archéologique a été créée en 1964, pour l’exploration de la ville ancienne de Salamine, sur la côte orientale de l’île de Chypre. Elle y a conduit des fouilles intensives pendant dix ans, jusqu’à l’invasion de 1974. À l’invitation du directeur du Département des Antiquités de Chypre, elle a repris, en 1975, des travaux de terrain à Larnaca, ancienne Kition, où les fouilles se poursuivent aujourd’hui. Rattachée depuis sa création à l’Université de Lyon et co-financée par le Ministère des Affaires Étrangères (sur proposition de la Commission des Fouilles), elle porte aujourd’hui le nom de « Mission de Kition » et elle est rattachée au laboratoire HiSoMA, Maison de l’Orient et de la Méditerranée. La mission a été successivement dirigée par Jean Pouilloux (1964-1972), Marguerite Yon (1973-2007), Sabine Fourrier (depuis 2008).

La ville ancienne de Kition se trouve sous la ville moderne de Larnaca, sur la côte sud-est de Chypre. Elle était implantée sur un plateau bas, cerné par la mer à l’est et au nord, par de vastes nécropoles à l’ouest. Des tombes signalent une première occupation du site au Chypriote Moyen (début du IIe millénaire). Ce n’est toutefois qu’à la fin du Chypriote Récent (XIIIe s. av. J.-C.) qu’une ville est fondée, celle qui est encore habitée de nos jours. Au cours de l’Âge du Fer (XIe-IVe s. av. J.-C.), Kition est la capitale d’un royaume éponyme dont tous les rois connus portent, aux Ve et IVe s. av. J.-C., des noms phéniciens. Après l’exécution, en 312, du dernier représentant de la dynastie royale et une fois Chypre devenue province du royaume lagide, en 294, Kition, siège de l’un des trois ateliers monétaires de l’île, conserve une certaine importance, politique et économique.

Caractéristiques matérielles du fonds de la nécropole de Kition-Pervolia

La parcelle de Kition-Pervolia est située sur un plateau rocheux, au nord-ouest de la ville antique, dans une zone de dense occupation funéraire. Longtemps préservé de l’urbanisation moderne par sa vocation agricole (pervolia signifie vergers), le site, classé zone archéologique en 1960, est désormais cerné de constructions. Des tombes y ont été régulièrement mises au jour depuis 1918, notamment lors d’un décaissement à la pelle mécanique en 1958.

Le fonds comporte divers documents issus des travaux de fouilles :

  • des carnets de fouille (11 carnets)
  • dessins d’objets de types divers (céramiques, monnaies, figurines de terre cuite, objets en pierre, etc.). Le fonds comprend 180 dessins
  • des documents photographiques
    • 68 photos aériennes
    • 762 photos de fouilles
    • 706 photos de mobiliers
  • 4 documents associés : études archéo-anthropologiques des inhumations

Il a été initialement décrit dans une base de données FileMaker qui permettait de recenser les différents Locus, US, les documents et les relations entre toutes ces entités. Un SIG sous ArcGIS accompagnait  cette base de données.

Le traitement de ce fonds a été assez simple car les données étaient propres et bien structurées. Nous nous sommes appuyés sur la solution de gestion électronique de documents (Nuxeo) déployée à la MOM. Nuxeo sert de solution pivot entre les données produites et la diffusion ou l’archivage. Son alimentation a été plus ou moins automatique, les métadonnées ont été extraites automatiquement des images, les données SIG converties en SVG (Scalable Vector Graphics) ont été déposées dans une arborescence de la GED et servent de navigation dans le portail, enfin les données de FileMaker exportées au format Excel ont renseigné les fiches Locus et US ainsi que les référentiels : auteur, datation, nature du locus, interprétation de l’US. L’intégration de ce fichier Excel a été le seul développement spécifique pour l’alimentation de Nuxeo.

Un portail de diffusion chypre.mom.fr permet de parcourir le site de Pervolia par grandes zones et au sein de celles-ci d’accéder aux loci, aux US et aux différentes photos et carnets de fouilles. Il exploite directement les données issues de Nuxeo. Cela permet aux chercheurs de modifier désormais leurs données directement dans l’outil de GED.

Une recherche « full text » est proposée ainsi qu’une recherche avancée adossée aux référentiels. Enfin les ressources sont associées à un identifiant pérenne facilitant leur partage, leur interopérabilité et leur archivage.

Ce portail permet également de consulter les données de fouilles de Salamine et à terme celles ce Bamboula.

Publications

Une publication concernant cette fouille (volume Kition-Bamboula VII) sera disponible dans la collection « Travaux de la Maison de l’Orient » (https://www.mom.fr/mom-editions/collections/tmo-serie-recherches-archeologiques/kition-bamboula-vii) en décembre 2018.

En annexe de cette monographie, une liste de loci est proposée avec une courte description. Chaque locus est associé à un Qrcode, qui renvoie à l’ensemble exhaustif des données qui le documente dans le portail.

La fouille de Kition-Pervolia : de l’enregistrement à l’archivage (en passant par l’exposition des données et la publication) – La lettre d’information de l’InSHS du CNRS n°57 de janvier 2019 – voir l’article https://masa.hypotheses.org/2439

Interopérabilité

Pour compléter cette première phase sur les données de Kition-Pervolia nous avons travaillé sur leur exposition auprès d’autres systèmes d’information et sur leur structuration en vue de leur pérennisation / archivage. Nous avons étudié comment représenter ces données grâce à l’ontologie CIDOC-CRM et avons pu livrer une première modélisation et un jeu de données en juillet 2018. Ce travail nous a permis  de mesurer les parties de modélisation spécifiques à nos données et les parties que l’on partage avec les autres partenaires du consortium. Cela a été l’objet de discussions lors de la journée MASA du 24/09/2018: « L’utilisation du CIDOC CRM pour modéliser les jeux de données archéologiques » à Lyon, l’idée étant d’avoir un socle commun aux différents partenaires pour faciliter la mutualisation et la recherche des données sur une plateforme comme OpenArchaeo.

Après la partie délicate de modélisation, il a été assez facile de transformer les données issues du système de gestion électronique de documents en fichiers RDF grâce à l’application 3M (Memory Mapping Manager), développée par Forth qui facilite l’appariement de données au format XML avec le modèle CIDOC-CRM

Pour cela, nous pouvons utiliser les fichiers xml natifs de Nuxeo, cependant l’appariement est un peu complexe avec ces derniers, aussi nous avons généré un format xml pivot plus simple qui facilite l’appariement.

Format xml natif Nuxeo
Format pivot

Les fichiers Rdf obtenus sont déposés dans le Virtuoso de la MOM, et les données sont interrogeables via le Sparql EndPoint associé.